FANDOM


Hubert Bonisseur de la Bath est un espion français travaillant pour les services secrets français des présidents René Coty et Charles de Gaule, le service de documentation extérieure du contre-espionnage.

Biographie dans les films Modifier

OSS 117 Le Caire, nid d'espions Modifier

En 1945, Hubert Bonisseur de la Bath et son ami Jack Jefferson sont sur une affaire nazie à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ils doivent récupérer des plans. Les deux espions français infiltrent l'avion du colonel Herman von Umsprung. Hubert pilote l'appareil alors que Jack se fait passer pour un soldat nazi (il a assommé le vrai soldat). Seulement, les choses tournent mal : von Umsprung a reconnut Jack et Hubert est obligé d'intervenir. OSS 117 récupère finalement les plans et fait tomber le colonel hors de l'avion.

Plus tard, il est révélé qu'il a remit les plans aux Américains.

En 1955, dix ans plus tard, OSS 117 est à Paris entrain de faire l'amour avec la princesse Al Tarouk lorsqu'il est contacté par son patron Armand Lesignac. C'est dans un bar qu'il rencontre ce dernier. Il l'envoie en mission au Caire afin de déterminer les causes de la disparition de Jack Jefferson, lequel est présumé mort. La couverture d'Hubert est la suivante : il s'appelle Lucien Bramare et c'est un éleveur de poulets ainsi qu'un associé de la SCEP et un proche associé de Jefferson.

Dans un aéroport, il rencontre son contact et assistante, Larmina El Akmar Betouche.

Dans un hôtel, OSS 117 retrouve la princesse al Tarouk qui a engagé un assassin pour éliminer Hubert. Finalement, l'assassin est tué et Hubert fait l'amour avec la princesse malgré sa tentative de meurtre.

Le soir-même, Hubert et Larmina se rendent à une soirée afin qu'Hubert face connaissance avec les autres hommes d'affaire de la SCEP dont l'Allemand Gerhard Moeller qu'il a brièvement rencontré la veille, dans le bureau de Jack. Hubert reçoit alors un message d'un autre homme d'affaires, un Anglais. L'Anglais le prévient d'un grand danger mais un passant en djellaba plante un long couteau dans le dos de l'Anglais pour le faire taire. Le tueur prend la fuite, poursuivit par OSS 117 qui bouscule les danseurs pour pouvoir passer. La poursuite continue dans les rues mais Hubert finit par perdre sa trace et se retrouve perdu. Il demande donc son chemin à un passant arabe.

Hubert retourne auprès de Larmina dans leur chambre d'hôtel.

La nuit-même, il est réveillé par un muezzin qui prie dans un mégaphone. Son cri résonne dans toute la ville, OSS 117 le rejoint et le fait taire.

Le lendemain, à la SCEP, il est attaqué par l'assassin en djellaba qui lui lance des poulets. Il est soigné par Larmina. OSS 117 pense avoir trouvé un indice : un morceau du djellaba qu'il a arraché au malfaiteur durant la lutte le conduit à une tarverne qui, selon Larmina, est très tipique dans la région. Vêtu d'une djellaba, Hubert se retrouve parmis plein de croyants, face à l'imam des Aigles de Khéops. En Arabe, l'imam dit que les étrangers vole leurs richesses et qu'ils renient l'Islam. Il alerte aussi qu'un étranger a empêcher le muezzin de faire son devoir, que l'agresseur a suscité la colère des Aigles de Khéops et que c'est "un signe du ciel" pour prendre les armes. Hubert ne comprend pas un mot de ce que l'imam dit et se contente simplement d'hocher la tête à chaqune de ses paroles et d'imiter les autres quand ils crient : "Allah Akbar". C'est alors que quelqu'un alerte l'imam que "le mécréant est ici". Hubert voit l'imam hôcher la tête et décide de l'imiter. L'imam poursuit son discours avant qu'Hubert ne crie à nouveau "Allah Akbar". L'espion français se fait donc remarquer et est démasqué. Aussitôt, il reçoit un coup de poing en plein visage ce qui l'assomme.

Lorsque OSS 117 reprend ses esprits, ses poignets sont liés avec des cordes au plafond. À noter qu'il est à torse-poil : durant son sommeil, on lui a retiré sa djellaba. Hubert est rejoint par deux hommes dont l'un tient un fouet. Il se retrouve fouetté à sept reprises avant qu'un nouvel individu en djellaba ne fasse son apparition. Cette individu se trouve être Larmina qui est furieuse contre OSS 117 parce qu'il ne cesse de juger son pays et sa religion avec prétention. OSS 117 se détache et la frappe au visage ce qui l'assomme. Il la déshabille (il la laisse en sous-vêtements) et la ligote à sa place. Lorsqu'il ressort, Hubert se retrouve à nouveau nez-à-nez avec le fouetteur et son ami. Il est à nouveau assommé.

Lorsqu'il reprend ses esprits, il est a été jeté au font de l'océan. On l'a ligoté et son pied est fixé à un boulet. Néanmoins, il se libère et récupère un jokari.

Plus tard, il tue un des hommes d'affaires de la SCEP, Ieveni Setine et retrouve Gerhard Moeller qui lui fait visiter les pyramides.

À la fin du film, il s'avère que Jefferson n'était pas mort et il est abattu par la princesse. Hubert va aussi tuer la princesse et faire l'amour à Larmina.